La Haute République : La Chute de l’Étoile | Livres & BD » Romans Star Wars

Publie le 16 septembre 2022

La Haute République : La Chute de l’Étoile est le roman adulte pivot de la troisième vague de la Phase I du projet de cross-média le plus ambitieux jamais conçu pour la saga Star Wars, regroupé sous le nom de La Haute République. Le livre pose ainsi vite ses bases avant de proposer un huit-clos haletant où aucun des protagonistes n’est assuré d’en ressortir vivant.

La Haute République a été annoncé dans un premier temps sous le nom de code Project Luminous lors de la Star Wars Celebration de 2019. Mais bien peu de choses sont alors dévoilées mis à part le nom de cinq auteurs (Charles Soule, Claudia Gray, Justina Ireland, Cavan Scott et Daniel José Older) et quatre éditeurs (Disney-Lucasfilm Press, Del Rey, Marvel et IDW). Finalement, l’annonce officielle se fait le 24 février 2020. La Haute République est ainsi présenté comme un projet de cross-média littéraire, le plus ambitieux jamais réalisé dans l’univers Star Wars. Ce qui peut s’en rapprocher le plus est alors Le Nouvel Ordre Jedi, la série de romans multi-auteurs lancée en 1999 par Del Rey. Chose notable cette fois-ci, le scope est bien plus large de par la diversité des genres littéraires qui permettra de découvrir différentes facettes de cette nouvelle ère Star Wars, et ce, peu importe l’âge des lecteurs. Il y aura ainsi des romans adultes chez Del Rey, des romans jeunes adultes et jeunesse chez Disney-Lucasfilm Press, des comics adultes chez Marvel et des comics jeunesse chez IDW. En France, Pocket se charge des romans adultes et jeunes adultes, La Bibliothèque Verte des romans jeunesse et Panini Comics des comics adultes et jeunesse. Et encore, il ne s’agit là pour l’instant que de la première salve. D’autres types d’œuvres sont déjà annoncés, comme un manga, un audiodrama et un roman graphique, offrant ainsi une variété littéraire aussi diverse que réjouissante. Si aucun film n’a été dévoilé autour de cette nouvelle période, une série pour Disney+ est tout de même prévue : Star Wars : The Acolyte. Le projet La Haute République a ainsi été construit sur plusieurs années et s’articulera sur trois périodes nommées La Lumière des Jedi, puis Quest of the Jedi et enfin Trials of the Jedi. Signe de l’ambition du projet éditorial mené, le lancement s’est fait en grande pompe, et ce, des deux côtés de l’Atlantique, avec un matériel marketing jamais autant développé pour une œuvre littéraire Star Wars, du moins depuis le rachat de la franchise par The Walt Disney Company.

La Haute République se déroule donc 200 ans avant Star Wars : La Menace Fantôme, le premier volet chronologique de la Saga Skywalker. La Galaxie est en paix, placée sous le règne de la glorieuse République ainsi que sous la protection des nobles et sages Chevaliers Jedi. Symbole du bien sous toutes ses formes, le Flambeau Stellaire est d’ailleurs sur le point d’être inauguré par la République aux confins de la Bordure Extérieure. Cette nouvelle station spatiale projettera alors dans toute la galaxie une lueur d’espoir. Mais tandis que la République tout entière connaît une glorieuse renaissance, de nouveaux adversaires effrayants, les Nihil, déploient leurs forces. Les gardiens de la paix et de la justice doivent dès lors faire face à un péril qui menace l’Ordre, la Galaxie et la Force elle-même… La troisième vague de la Phase I commence alors que deux ans ont passé depuis la Grande Catastrophe et un an depuis l’attaque de la Foire de la République à Valo. Les Jedi traquent ainsi les dernières poches de résistance Nihil mais les protecteurs de la lumière ne se rendent pas compte qu’ils ont non seulement totalement sous-estimé leurs adversaires mais se sont aussi trompés sur l’identité de l’Œil, le mystérieux chef qui tire les ficelles de ces pillards, donnant pour cela ses ordres à des lieutenants nommés Maîtres-Tempêtes.

Le roman est écrit ici par Claudia Gray, qui a gagné la réputation d’être l’une des meilleures autrices littéraires de l’Univers Officiel Star Wars. Celle dont le vrai nom est Amy Vincent est en fait une habituée des livres pour adolescents et jeune adulte. Elle s’est fait notamment connaître avec Evernight, une série vampirique. Elle a ensuite signé deux autres collections : Sortilèges et Malédiction sur les sorcières et Firebird, un cycle de science-fiction. En 2015, elle intègre l’aventure Star Wars, dans l’Univers Officiel, avec le roman pour jeunes adultes Étoiles Perdues, salué par la critique et par les fans. Avec Liens du Sang, elle prouve une fois de plus qu’elle est une grande auteure Star Wars, si ce n’est la meilleure de l’univers littéraire. La bonne nouvelle veut qu’en 2017, dans le cadre de l’opération Voyage vers Star Wars : Les Derniers Jedi, elle propose un nouveau roman jeune adulte axé sur le passé et l’enfance de la Princesse Leia, Leia : Princess of Alderaan, tandis qu’en 2019, elle offre le roman adulte Maître & Apprenti. En 2021, elle participe à la grande épopée littéraire La Haute République en proposant le roman jeune adulte La Haute République : En Pleines Ténèbres puis elle enchaîne l’année suivante sur le roman adulte La Haute République : La Chute de l’Étoile.

blank

Impossible d’apprécier La Haute République : La Chute de l’Étoile sans avoir lu le reste de La Haute République. Non seulement il est indispensable d’être à jour des deux romans adultes La Haute République : La Lumière des Jedi et La Haute République : L’Orage Gronde, mais il est en plus nécessaire d’avoir lu le roman jeune adulte La Haute République : En Pleines Ténèbres. En effet, Claudia Gray part du principe que le lecteur est au fait du destin de tous les personnages quand elle débute le roman ; y compris ceux de son roman jeune adulte qu’elle a écrit lors de la première salve de la Phase I. Elle fait juste un petit rappel rapide de ce qui est arrivé à chacun d’eux avant de rentrer dans le vif du sujet et de mettre en place la catastrophe qui s’annonce. Cela peut paraître un peu frustrant car le lecteur aurait envie de plonger davantage dans cet univers si passionnant et d’avoir toujours plus de détails mais au final cela offre au roman un rythme soutenu où l’ennui n’a jamais sa place. Après, pour comprendre vraiment toutes les allusions et tous les interactions des personnages, il est également conseillé d’avoir lu le deuxième roman jeune adulte La Haute République : Hors de l’Ombre, d’avoir écouté l’audiodrama Maître-Tempête, d’être à jour des deux premiers tomes du comics adulte et d’avoir aussi découvert le troisième roman jeunesse La Haute République : Mission Catastrophe.

Ces prérequis posés, l’idée et le déroulé de La Haute République : La Chute de l’Étoile sont tout bonnement excellents. Pour la troisième fois, le livre adulte de La Haute République est un récit catastrophe qui surprend le lecteur et ne laisse pas indemne. Le premier tome était un sauvetage intersidéral où l’impensable pouvait frapper partout dans la Galaxie tandis que le second était plutôt une destruction planétaire dans le but sanguinaire de faire le plus de victimes possibles de façon arbitraire. Le troisième roman se veut, lui, plus intimiste dans une sorte de huis clos au scope certes moins important mais à la portée symbolique tout aussi immense. Le Flambeau Stellaire qui sert de phare pour tous les habitants de la Galaxie, emblème de la lumière des Jedi et de la modernité de la République, est ainsi saboté de l’intérieur. La station, pourtant figure d’espoir, va alors se transformer en une prison où vont se retrouver bloqués de nombreux protagonistes. Pire encore, le Flambeau est attiré inexorablement vers la planète la plus proche, risquant l’écrasement et la destruction. Les Jedi, comme les occupants non sensibles à la Force, vont alors devoir trouver un moyen de sortir de ce qui risque de devenir leur tombeau. Le roman passe dès lors d’un personnage à un autre ; chacun essayant de se battre pour rester en vie ou pour sauver une vie. La plupart travaille de concert mais comme à chaque fois dans ce genre de situation désespérée, certains font ressortir leur instincts les plus ignobles. Une fois la catastrophe lancée, la tension ne retombe jamais et il est difficile pour le lecteur de lâcher le livre.

Et encore… La Haute République : La Chute de l’Étoile est bien plus intimiste qu’il n’y parait. Grâce à un tour de passe-passe scénaristique plutôt bien trouvé, le récit se concentre en effet sur une poignée de personnages présents sur le Flambeau Stellaire. Le lecteur occasionnel s’étonnera peut-être de n’avoir qu’une partie des évènements. Mais en réalité, seul celui qui se contente de lire uniquement les romans adultes se sentira frustré. Les autres, ceux qui suivent La Haute République dans son ensemble, seront récompensés de leur fidélité car cette troisième vague, plus qu’une autre, entremêle le récit global à travers les différents médias et répond à certaines questions posées sur d’autres supports. Ainsi, pour ce qui concerne le reste des personnages, notamment ceux effleurés dans ce roman adulte, il faut alors se plonger dans le comics adulte pour avoir quelques réponses. Encore une fois, cela donne une ampleur inédite à la période tout en permettant aux auteurs de proposer des histoires riches et foisonnantes. Cela donne également aux auteurs l’opportunité de creuser leurs personnages comme Claudia Gray le fait admirablement ici.

blank

L’autrice se fait ainsi plaisir en faisant revenir de nombreux personnages extraits des romans adultes comme des romans jeunes adultes, des romans jeunesse, des nouvelles voire des comics. Le lecteur retrouve dès lors le trio principal formant une constellation de Jedi et d’amis très proches que sont les Maîtres Jedi Avar Kriss, Stellan Gios et Elzar Mann. Parmi les autres Jedi, il peut être cité les Chevaliers comme Indeera Stokes ou Orla Jareni tout comme les Padawans Bell Zettifar ou Burryaga Agaburry. Claudia Gray fait également appel au trio venu de son précédent roman et qu’elle semble apprécier : la pilote Affie Hollow, son second Leox Gyasi et le mystérieux être de pierre Geode. Elle rappelle aussi la Nihil Nan introduite également dans La Haute République : En Pleines Ténèbres. Le lecteur assidu remarquera par ailleurs la scientifique maléfique Chancey Yarrow vue dans La Haute République : Hors de l’Ombre mais aussi le couple Joss et Pikka Adren entraperçu dans le roman La Haute République : La Lumière des Jedi et héros de la nouvelle La Haute République : Flambeau • Partir Ensemble. Mais que serait une belle catastrophe sans son chef d’orchestre et son instigateur ? Le dangereux Marchion Ro est donc bien présent mais ne sert ici que de spectateur à ce qu’il a mis en place, la planification ayant été faite hors du champ de ce roman.

Au fil de ses lectures, le lecteur connaît déjà presque tous les personnages, ayant appris à les aimer ou les détester. Ses nerfs vont alors être mis à rude épreuve car les Jedi, comme ceux qu’ils sont censés protéger, se trouvent dans une situation totalement désespérée. Toute victoire, même mimine, est un pas allant dans la bonne direction : une porte bloquée finalement ouverte, une capsule de sauvetage inutilisable réparée… Chaque vie sauvée est une réussite ; l’important étant que le maximum soit épargné ! Aucun personnage n’est ici à l’abri d’un destin funeste et le roman ose beaucoup de choses dans ce sens. Il se permet de tuer de nombreux protagonistes, y compris des principaux que le lecteur avait appris à apprécier au fil du temps. La Haute République utilise ainsi les ressorts narratifs popularisés par la série de romans du Trône de Fer. À la différence des personnages iconiques venus des films Star Wars, aucun de ceux de cette saga littéraire, à l’exception de Yoda, ne sont indispensables pour la suite. La liberté donnée aux écrivains est donc totale et ils peuvent se permettre de tuer qui ils veulent. Cela amène alors une tension sans précédent et laisse le lecteur dans un état de choc quand il voit l’hécatombe se dérouler sous ses yeux.

blank

La Haute République : La Chute de l’Étoile interroge néanmoins sur un point. Censé clôturer la Phase I de La Haute République, et même si certaines réponses sont apportées dans les autres médias, le roman laisse pourtant certains points en suspens. La menace Nihil est loin d’être éradiquée, bien au contraire même. Marchion Ro s’est révélé finalement au grand jour et devient encore plus menaçant. Rien ne semble pouvoir l’arrêter… Quelques autres éléments déjà abordés dans le roman adulte précédent restent aussi dans le flou comme, par exemple, la mystérieuse créature perturbant et tuant les Jedi. Le livre n’est donc pas fatalement une conclusion… quoiqu’en y réfléchissant bien, peut-être que si, à la condition de changer de point de vue. Il faut se rappeler pour cela le titre de la Phase I, La Lumière des Jedi, qui recoupe celui du premier roman adulte. Cette fameuse lumière représente en fait le Flambeau Stellaire, ce phare projetant la flamme des Jedi à travers la Galaxie, apportant réconfort et espoir, et qui est justement inauguré dans la toute première publication majeure de la Phase I. Avec la chute du Flambeau, la lumière s’éteint et marque un affaiblissement de l’Ordre qui va devoir trouver les ressources pour se relever sans se perdre dans le Côté Obscur. En cela, La Haute République : La Chute de l’Étoile clôt parfaitement cette première Phase et annonce une suite directe rendant impatient le lecteur… Mais il devra pourtant attendre. La Phase II qui débute aux États-Unis à la fin de 2022 et portera le nom de La Quête des Jedi sera en réalité une préquelle et se déroulera près de 150 ans avant les évènements de la Phase I. Plus courte, elle ne comptera que deux vagues avant de lancer la fameuse Phase III, Les Épreuves des Jedi, qui répondra enfin aux questions restées en suspens.

La Haute République : La Chute de l’Étoile est un roman vraiment haletant qu’il est difficile de lâcher une fois commencé. Le seul bémol qui pourrait lui être reproché est qu’il aurait pu être plus long et plus fouillé, surtout lors de son entame. Le livre va en effet vite à l’essentiel et laisse quelques zones d’ombres que les autres médias ou les prochains romans vont devoir combler. Après, à sa décharge, il est délicat de combler un lecteur qui veut toujours en savoir plus tellement il est happé par ces personnages et le récit global de La Haute République ; rien d’étonnant dès lors à qu’il ne soit jamais totalement rassasié. Cela n’enlève en rien la qualité du livre, passionnant et émouvant, qui se dévore de la première à la dernière page. Claudia Gray est décidément une grande auteure Star Wars même s’il ne s’agit peut-être pas ici de son meilleur roman.

À noter

À cause d’une erreur interne chez Pocket, la première édition de La Haute République : La Chute de l’Étoile se voit amputée de l’épilogue de deux pages, centré sur Marchion Ro et nécessaire à la compréhension de la psychologie du personnage. L’éditeur s’est excusé et a promis de réparer sa faute dans les prochaines réimpressions. En attendant, les deux pages manquantes ont été proposées gratuitement en téléchargement sur les réseaux sociaux de l’éditeur.


La Haute République : La Chute de l’Étoile | Livres & BD » Romans Star Wars